Kornwolf, Le Démon de Blue Ball - Tristan Egolf

Publié le par Sayaelis

http://www.decitre.fr/gi/40/9782070437740FS.gif

 

Policier
488 pages

 

"Owen Brynmor ne comptait plus retourner dans la Pennsylvanie profonde de son enfance, pays provincial et rétrograde partagé entre ploucs américains et amish rigoristes. Mais à peine engagé comme reporter au journal local, il décroche un scoop : le retour du Démon de Blue Ball, cette bête mystérieuse qui jadis ravagea la région... Son enquête l’amène à exhumer la légende du Kornwolf, ce loup-garou qui hanta l’Europe du dix-septième siècle. Mais où s’incarne vraiment le Mal ? Dans un monstre quelconque, ou parmi les humains qui le pourchassent ?

 

Dans son dernier roman, Tristan Egolf renoue avec la veine truculente et enragée du Seigneur des porcheries. Tout en pastichant la littérature fantastique, il nous offre une peinture vengeresse d’une Amérique dégénérée, dont seuls les parias méritent d’être sauvés. Il est impossible d'oublier la puissance visionnaire de cette prose torrentielle."

 

 

D'avance, je vous engage à lire d'autres avis sur cet ouvrage : la blogosphère ne manque pas de critiques purement élogieuses de ce livre. C'est une des raisons pour lesquelles je me sens un peu déçue. J'ai l'impression d'être passée à côté de quelque chose. Pourtant, en analysant un peu les éléments qui me gènent, j'arrive à la conclusion que j'ai vraiment le droit de ne pas avoir apprécié certains aspects de ce livre.

 

Avant tout, il est dommage que la quatrième de couverture vienne gâcher une des principales problématiques de l'histoire. En effet, lorsqu'on lit "Mais où s’incarne vraiment le Mal ? Dans un monstre quelconque, ou parmi les humains qui le pourchassent ?", on sait d'ores et déjà que la réponse mise en avant sera "Chez les humains au moins autant que chez le monstre". Pas de surprise à ce niveau, donc.

 

Le plus agaçant reste, à mon goût, le fait que le mystère du "Démon de Blue Ball" reste relativement opaque lorsque l'on achève la dernière page. Certes, on comprend les relations unissant les personnages. On sait (ce) qui est à l'origine de l'apparition de cette créature... mais en partie uniquement. L'ensemble reste baigné dans un flou des plus perturbants. On veut en savoir davantage. Des évènement qui semblent importants se produisent, mais peu de choses sont clairement justifiées. L'élément qui me perturbe le plus reste cette question de musique. Dès les premières pages, on établit un rapport entre l'écoute de cette musique et une modification du comportement humain. Au final, rien n'est expliqué à ce sujet. Pire, l'absence de données auxquelles se fier est tellement pesante que j'en viens à me demander si l'auteur ne cherchait pas simplement à utiliser le stéréotype selon lequel le métal serait à l'origine de la violence des jeunes. J'ai quand même du mal à croire Tristan Egolf assez bête pour se planter à ce point... je préfère me dire que c'est moi qui ait tout compris de travers. (Ou peut-être qu'il critique ce stéréotype ? Si quelqu'un a une idée à ce sujet, je suis  vraiment curieuse de la connaitre...)

 

Oui, car l'auteur ne manque pas de remarques pertinentes, de critiques bien piquantes, acerbes. Les hommes en prennent pour leur grade, qu'il s'agisse de l'humanité entière, des communautés religieuses ou de personnages particuliers. La corruption, la violence, les dépendances à l'alcool ou aux autres drogues, la perversité, l'inceste, la bêtise semblent profondément ancré dans chaque recoin du genre humain tel que décrit par l'auteur. Quelques exceptions persistent, s'incarnant dans une foi qui semble être la seule vraiment pure, perdue au milieu d'une religion dégénérée par ses pratiquants.

 

Globalement, j'ai bien aimé le style de l'auteur. Assez piquant, brutal, violent (âmes sensibles, méfiez-vous). L'ensemble est assez accrocheur. Qui aurait cru que je serais restée scotchée à mon bouquin, en ayant un mal fou à ne pas sauter des lignes pour arriver plus vite au dénouement, alors que l'auteur me décrivait un... combat de boxe ? (je ne suis pas du tout fan de ce genre de choses, en théorie.)

 

Autre élément que j'ai trouvé intéressant mais qui peut sembler un peu perturbant, je suppose. L'auteur passe d'un point de vue à l'autre très fréquemment. Il jongle avec la chronologie en n'hésitant pas à raconter, au même temps et à la suite, un évènement vécu par un protagoniste, puis ses éléments déclencheurs, observés par un autre personnage. J'ai apprécié cette manière de poser des bases selon un point de vue avant d'apporter des précisions selon une autre vision des choses, nous rappelant qu'un même évènement peut-être vécu de manières très diverses.

 

Ce fut donc une lecture assez intéressante et agréable, parfois choquante, mais hélas très frustrante sur d'autres points. J'en garderai un bon souvenir mais ne conseillerai pas ce livre sans avertir le lecteur sur certains points. On voudrait enchainer sur un second tome pour enfin comprendre les aspects flous de l'intrigue, et pour savoir ce qu'il adviendra vraiment de cette créature. Malheureusement, l'auteur ayant mis fin à ses jours il y a plus de 5 ans, il ne demeurera que cette histoire un peu floue et traduisant une triste opinion du genre humain...

 

J'ai lu ce livre grâce à un partenariat avec les éditions Folio, organisé par le forum Livraddict. Merci à eux pour cette agréable découverte.

 

 

Publié dans Policier

Commenter cet article