Créature de la Nuit - Kate Thompson

Publié le par Sayael

http://4.bp.blogspot.com/_q8B2qAQ79qE/S0ymPXVk0eI/AAAAAAAAAIQ/upMd_9LITXM/s320/creature+de+la+nuit.jpg
Drame, Fantastique
286 pages


"Je lui ai bien dit, à ma mère, que je ne voulais pas rester là-bas. Dès qu’elle ouvrait la bouche, je disais : « Je reste pas là-bas. Tu peux pas me forcer ».

Il va lui en faire baver, à sa mère, de l’emmener dans un trou aussi perdu. Soi-disant parce que les potes ont une mauvaise influence…
Mais pourquoi là-bas ? Pourquoi dans une maison que l’ancien locataire a désertée du jour au lendemain ? Dans une bicoque en rase campagne où une petite fille a été assassinée bien des années plus tôt ? Quant à cette consigne idiote de laisser chaque soir un bol de lait et des biscuits pour une improbable petite fée… c’est du délire."


 Je m’attendais à une histoire vraiment plus « fantastique », plus axée sur la fée dont on nous parle dès la quatrième de couverture. J’ai été surprise de voir que l’histoire tournait finalement assez peu autour de la créature en question.

Si vous cherchez une histoire entourée de féérie, passez votre chemin. Si vous cherchez une histoire ayant davantage une dimension sociale, ce livre pourrait vous intéresser.

Le protagoniste est ce que l’on pourrait appeler communément (pardonnez moi l’expression), un « petit con ». Cette histoire oppose deux modes de vies d’une manière intéressante mais assez caricaturale à mon goût. D’un côté, nous avons cet ado dont le quotidien habituel est régi par la fierté d’appartenir à une bande, par les voitures brûlées, les objets volés, l’alcool, la drogue, les conflits avec sa mère, la violence, le mépris. D’autre part, nous avons des gens de la campagne, menant une vie paisible mais remplie par le travail. La maison désordonnée et toujours sujette aux disputes s’oppose à la demeure où l’on mange, en famille, des repas préparés par la grand-mère, dans une cuisine parfaitement propre et rangée. Les valeurs des banlieues s’opposent à celles d’une vie calme où la confiance, le respect et le travail au grand air semblent rendre les gens heureux.

Comme je le disais, cela relève pour moi de la caricature. Ou bien peut-être est-ce juste que je trouve ce livre un peu idéaliste ? En effet, la morale de l’histoire est probablement que l’on peut remettre dans le droit chemin un gamin paumé et complètement envahi par son mal-être si on lui propose une autre vie, si on lui donne une autre chance. Si on lui montre que d’autres valeurs existent, qu’il peut être respecté et récompensé pour son travail.

Je trouve cela idéaliste en ce sens que ça me semble un peu facile tel que présenté dans le livre. En revanche, dans le principe, je trouve l'idée plutôt juste… Je suppose que bien des « petits cons » pourraient prouver qu’ils sont des gens biens si on leur offrait un nouveau départ.

Livre intéressant, donc, mais dont le titre reste extrêmement trompeur (bien qu’on puisse certainement l’analyser différemment). J’ai gagné ce livre en participant au concours du premier numéro du Livraddict Mag. Merci à eux et aux éditions Baam! =).



EDIT : J'ai oublié de signaler que j'avais été dérangée par certains éléments de la rédaction. Je pense par exemple à des phrases de type "Je peux pas" au lieu de "Je ne peux pas" ... Maniaques de la syntaxe, attendez-vous à quelques agacements ;).

Publié dans Autres Livres

Commenter cet article

Sita 07/04/2010 09:40


Je l'ai gagné moi aussi, je ne sais pas encore quand je vais le lire.
Contente d'avoir lu ton avis avant, moi aussi j'aurais attendu une histoire fantastique. Maintenant que je suis prévenue, je ne devrais pas être trop déçue ;)


Sayael 08/04/2010 19:22



Oui, je pense qu'on peut l'apprécier davantage si on ne part pas avec des envies trop en décalage par rapport à ce que contient vraiment le livre... J'irai lire ton avis en tout cas ;).